l'Ostéopathie

L'ostéopathie est une thérapie non intrusive développée par le médecin Andrew Taylor Still à la fin du 19ème siècle.

C’est une thérapie manuelle à la fois préventive et curative visant à rétablir et préserver l'état de santé. Des manipulations douces sont effectuées par le praticien dans le but de rétablir un équilibre corporel afin d'améliorer l'état de santé du patient.​

L'ostéopathe considère le patient dans sa globalité. Il effectuera un bilan complet sur l'ensemble des tissus du corps et traitera les zones dont la qualité de vie des tissus est altérée. Ceci permettra d'aider le corps à s'auto-guérir, s'auto-réguler. La globalité de la personne comprend également sa dimension psychique. Le corps et l'esprit sont liés. Agir sur l'un a des répercussions sur l'autre et vice versa. 

Pour conclure, la pratique ostéopathique traite une personne et non pas une pathologie, une maladie ou un symptôme.

 

 

Pour les curieux, voici quelques principes ostéopathiques avec plus de précision : 

Andrew Taylor Still a défini l'ostéopathie sur la base de quatre principes :

- L’Unité du corps : toutes les parties du corps sont reliées entre elles (par la vascularisation, le système nerveux, le système lymphatique, le tissu conjonctif, le système hormonal) et sont également reliées à l’être humain dans sa globalité, rassemblant ses aspects physique, émotionnel, mental, intellectuel et spirituel.

- La règle de l’artère : Les tissus du corps humain nécessitent une bonne vascularisation (c’est-à-dire un apport de sang venant du système artériel apportant les nutriments et l’oxygène) pour pouvoir fonctionner correctement. L’intégrité de ce système est nécessaire pour une bonne santé.

- L’Auto-guérison : Dans le corps humain, il existe des systèmes de défenses, de réparations, d’adaptation et de compensation. Ces systèmes doivent permettre au corps de retrouver son équilibre. L’Ostéopathe a pour rôle d’aider ces systèmes à tenir leur rôle.

 

- La relation structure / fonction : Chaque structure du corps assure une fonction. Une altération de la structure peut perturber sa fonction. L’inverse est également vrai.